Le train maya : un projet ambitieux pour le développement économique et touristique de la Riviera Maya

 

Le train maya sera le principal projet d’infrastructure, de développement socio-économique et de tourisme durable du gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador. Le projet consiste en un nouveau service de transport ferroviaire reliant les principales villes et zones touristiques de la péninsule du Yucatan.

Le projet promeut un programme touristique dans lequel les visiteurs traversent les communautés de la région, évitant ainsi la concentration de touristes en un seul point. Ainsi, un flux économique local est généré, des opportunités d’emploi sont créées et la richesse est distribuée dans toute la péninsule.

 

Il repose sur un modèle de développement durable qui favorise la croissance économique sans nuire à l’environnement. Au contraire, il cherche des mesures d’atténuation, de compensation et de protection de l’environnement – telles que la création de corridors écologiques en marge de la réserve de biosphère de Calakmul afin de contenir la pression de la croissance démographique et de l’activité humaine.

Ainsi, l’importance du projet est double parce qu’elle soulève 2 problèmes.

Premièrement, améliorer l’économie et la qualité de vie des habitants.

Et deuxièmement, protéger l’environnement des ravages de l’homme et des activités découlant de la précarité économique, telles que l’exploitation forestière illégale ou le trafic d’espèces protégées.

 

OBJECTIFS :

 

  • Promouvoir le développement socio-économique de la région et des communautés locales.
  • Améliorer l’intégration sociale et la création d’emplois.
  • Développer et sauvegarder les cultures autochtones locales.
  • Protéger et réhabiliter les zones naturelles protégées de la péninsule.
  • Renforcer l’industrie du tourisme au Mexique.
  • Soutenir l’organisation territoriale de la péninsule.

 

CARACTÉRISTIQUES :

  • Locomotive hybride à biodiesel conforme à la norme environnementale californienne.
  • 1 525 km de route.
  • 15 stations.
  • Train à vitesse moyenne (maximum 160 km / h).

 

SERVICES :

  • Transport de passagers locaux.
  • Acheminement des touristes.
  • Ferroutage des marchandises.

 

L’investissement estimé de l’infrastructure de la voie de chemin de fer se situera entre 120 et 150 milliards de pesos, soit environ 6 milliards d’euros, qui sera obtenu grâce à un programme d’investissement mixte.

Le train générera une nouvelle dynamique sociale dans la région de la réserve de la biosphère de Calakmul afin de contribuer à la réorganisation des zones d’habitation environnantes. Cela se fera par le biais de programmes fédéraux visant à soutenir les services de base d’infrastructures de production et de tourisme durable.

Les stations seront adaptées aux besoins et aux caractéristiques de chaque zone. Pour cette raison, sa conception, sa taille et sa capacité varieront. L’identité de la région sera toujours maintenue.

 

Vue générale des lignes de transport

 

L’itinéraire total sera divisé en trois sections:

  • Section Selva (426 km)
  • Section Caraïbes (446 km)
  • Section Golfe (653 km)

Afin de minimiser l’impact environnemental et social, les droits de passage existants seront principalement utilisés:

  • Lignes de chemin de fer
  • Routes
  • Lignes électriques

 

Quelque chiffre

Actuellement, le Mexique se classe au sixième rang du classement mondial du tourisme. Les zones archéologiques de la région maya comptent parmi les destinations les plus importantes. Elles accueillent ensemble 6,8 millions de touristes par an. Chichen Itzá et Tulum occupent les deuxième et troisième places des sites archéologiques les plus visités du pays, après Teotihuacán.

Le train exploitera ce potentiel touristique pour générer des retombées économiques dans les États concernés. La visite a pour but d’étendre la visite à la région, ce qui se traduit par une augmentation des dépenses touristiques et une capture des revenus dans les communautés. Cela implique également une croissance importante de l’infrastructure de services pour les habitants.

Au terme de la prochaine administration, il est prévu d’améliorer la capacité d’accueil des services touristiques et urbains. L’objectif est de desservir 8 000 touristes par jour dans la zone sud de la péninsule du Yucatan, en particulier dans la section de Selva, qui relie Palenque à Calakmul.

 

 

La zone que traversera le train présentera différents défis qui doivent être considérés à l’avance pour que le projet réponde aux attentes en matière de bien-être.

 

SOCIAL :

Défis :

1. Comprendre la complexité et la diversité de la composition sociale de la région, ainsi que les préoccupations de ses habitants, pour accorder une attention particulière à chaque groupe et n’exclure personne du projet.

2. Combattre les taux élevés de pauvreté dans la région.

3. Réduire le nombre de campements irréguliers dans les zones naturelles protégées.

Solutions :

1. Procéder à un processus de consultation gratuit et éclairé, pour inclure toutes les communautés impliquées dans le projet.

2. Accroitre la productivité de la région par la diversification économique, le développement de nouvelles opportunités logistiques et la création d’emplois directs et indirects.

3. Créer des développements de croissance urbaine avec des services de base, des zones de loisirs et des infrastructures touristiques à Calakmul.

 

ENVIRONNEMENTAL :

Défis :

1. Arrêter les activités agricoles illégales et non rentables dans les zones naturelles les plus prisées du pays.

2. Réduire les impacts négatifs de l’activité humaine sur les zones naturelles.

3. Réhabiliter les zones naturelles protégées et encourager leur prise en charge.

Solutions :

1. Générer des activités économiques qui exploitent les ressources naturelles de manière durable.

2. Créer des corridors biotiques qui contiennent l’expansion urbaine des communautés.

3. Promouvoir des stratégies d’atténuation de l’empreinte écologique.

 

CULTUREL :

Défis:

1. Conserver et promouvoir le patrimoine archéologique et culturel de la région.

2. Développer l’accès et la connaissance du patrimoine culturel maya.

3. Comprendre et respecter les traditions des peuples autochtones.

Solutions:

1. Développer la visite réglementée des touristes sur des sites archéologiques auparavant inaccessibles, tels que Calakmul.

2. Promouvoir l’héritage immatériel – cuisine, danses, langues – de la région maya.

3. Collaborer avec les peuples autochtones pour assurer leur inclusion.

 

Carte des 31 états mexicains plus la ville de Mexico, qui n’a pas le statut d’état fédéral

YUCATAN :

1. Accroître le tourisme en général: congrès, aventure, culture et loisirs.
2. Augmenter le volume de fret dans les carburants et les matériaux.
3. Réduire les polluants en réduisant le nombre de camions de fret.
4. Stimuler le flux de visiteurs à Chichen Itza, Valladolid et Izamal.
5. Sauver des terres depuis l’ancienne gare de Mérida.

CAMPECHE :

1. Développer de nouvelles formes de tourisme: nature, scientifique, écologique, rural et aventure.
2. Transport efficace des passagers, de la pêche et des produits pétroliers.
3. Soutenir le commerce des légumes et des fruits frais de l’Etat.
4. Protéger la réserve de biosphère de Calakmul et le patrimoine culturel de l’État.
5. Obtenir que Calakmul ait une projection internationale aussi consolidée que Chichén Itzá ou Tulum.
6. Générer un nouveau centre logistique situé entre la nouvelle gare et l’aéroport.

 

QUINTANA ROO :

1. Augmenter la durée du séjour du tourisme national et international.
2. Faciliter l’interconnectivité avec les aéroports nationaux.
3. Transporter les travailleurs et les marchandises le long de la Riviera Maya.
4. Relier les microrégions de l’état avec les six villes qui auront une gare.
5. Amplifier les flux touristiques et commerciaux dans le sud de l’état.
6. Promouvoir la réorganisation urbaine de la région de Tulum.
7. Ouvrir de nouvelles régions de développement dans la région de Bacalar et à proximité de Carrillo Puerto.
8. Évitez la surcharge des véhicules dans la section de l’autoroute Cancún-Tulum.
9. Réduire les polluants en réduisant le nombre de camions de fret.
10. Fournir une mobilité alternative aux passagers entre Playa del Carmen et Cancún.

 

CHIAPAS :

1. Consolider le tourisme culturel, d’aventure et de loisirs.
2. Améliorer la connectivité de Palenque en le reliant aux flux touristiques de la Riviera Maya.
3. Donner une impulsion nouvelle aux hôtels de luxe à Palenque.
4. Faciliter l’interconnectivité des aéroports.
5. Créer une zone de développement urbain pour créer une offre touristique de qualité.
6. Distribuer les produits agricoles dans toute la zone maya.

 

TABASCO :

1. Promouvoir le tourisme national et international.
2. Faciliter le transport les passagers et les travailleurs en correspondance.
3. Transporter les dérivés du pétrole et le bétail.
4. Apportez des produits agricoles dans toute la zone maya.

 

En conclusion

 

Ce projet soutenu par le nouveau président Andrés Manuel Lopez Obrador a pour but de désenclaver une région où vivent de nombreuses communautés mayas marginalisées et de donner un nouvel élan à l’économie et au tourisme de la péninsule.

L’idée est vraiment bonne et intéressante mais il ne pas perdre de vue, qu’au milieu de tous les avantages évoqués ci dessus, des inconvénients peuvent subsister.

Nous devons garder à l’esprit que le Mexique, et notamment la péninsule est un endroit où la biodiversité est très présente.

Plusieurs réserves naturelles sont présentes comme la biosphère de Calakmul, celle de Ría Celestun, de Sian Ka’an, de Otoch Ma’ax Yetel Kooh (Réserve de faune et de flore),  le Parc National Celestún, Patrimoine de l’Humanité et le Refuge de la Faune Sylvestre, l’un des rares lieux de nidification et de reproduction du flamand rose dans le monde, qui peuvent être observés, pareillement à d’autres espèces endémiques.

Les cénotes, sont aussi d’autres merveilles naturelles, aussi impressionnantes que les villes ou les pyramides mayas.

Mais le Président Lopez Obrador a certifié que tout serait mis en oeuvre pour la sauvegarde de tous les sites présents dans le Yucatán seront préservés. C’est à espérer car abîmer ces merveilles serait un désastre pour le Mexique et  pour le reste de l’humanité.

Tequila ou Mezcal : Quelles sont les différences ?

  Téquila ou Mezcal ? Réellement ? pas de réponse Le choix de qui est le meilleur, vous revient      1 000 marques différentes Avec plus de 1000 marques de tequila parmi lesquelles choisir, il est utile de connaître les différents types de tequilas et...

La cueva Balamkú, nouveau trésor à Chichén Itzá

Cueva Balamkú, nouveau trésor à Chichén Itzá, Yucatán   La découverte Récemment, les archéologues ont continué les recherches sur une grotte découverte il y a un demi-siècle. On sait que cette grotte a été découverte accidentellement en 1950 par un Yucatèque qui...

Les plus belles plages de la Riviera Maya

Les plus belles plages de la Riviera Maya       Cet article a été publié le 11 Déc 2018 dans la revue Viago par Michelle Pinsonneault. viago.ca est un site web qui guide les voyageurs francophones en mots et en images. Les journalistes proposent des...

Les principaux sites archéologiques du Mexique

Les principaux sites archéologiques du Mexique Le Mexique est l'un des pays les plus riches en patrimoine archéologique et en sites de différentes civilisations. Tous ces trésors font l’objet d'une fascination mondiale et ce, depuis le 19eme siècle. Cette curiosité et...

El tren Maya

El Tren Maya: un ambicioso proyecto para el desarrollo económico y turístico de México.     El Tren Maya será el principal proyecto de infraestructura, desarrollo socioeconómico y turismo sostenible del gobierno de Andrés Manuel López Obrador. El proyecto...

Comparte en tus redes sociales