10 bonnes raisons pour investir au Mexique : raison N°6

10 bonnes raisons pour investir au Mexique : raison N°6

LA GASTRONOMIE

 

 

Outre la plus grande diversité culturelle et écologique au monde, le Mexique jouit d’une réputation internationale grâce à sa gastronomie. Alors que les tacos et le guacamole sont les têtes de pont de cette cuisine, la réalité est qu’il existe une longue liste de riches traditions culinaires, ici, au Mexique .

Les saveurs, les arômes et les textures de la cuisine traditionnelle mexicaine finissent toujours par être une délicieuse surprise pour chacun de nous. Certaines personnes expatriés disent même, que la combinaison des saveurs devient une dépendance pour nos papilles.

La cuisine mexicaine est considérée comme très variée de par son héritage préhispanique, caribéenne et espagnol.

 

 

L’UNESCO

Le 16 novembre 2010, « la cuisine traditionnelle mexicaine – culture communautaire, vivante et ancestrale » a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

 

Définition du patrimoine immatériel

Tout ce patrimoine qui doit être sauvegardé consiste « à la reconnaissance des usages, représentations, expressions, connaissances et techniques transmises de générations en générations et qui donnent aux communautés et autres groupes humains un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à la promotion du respect de la diversité culturelle et à la créativité humaine »

 

Les rudiments de base de la cuisine mexicaine

La base de cette cuisine est le maïs, le haricot, l’avocat et la tomate et le piment, accompagnés de riz. Pour le maïs, les mexicains disent : « Sin maïs, no païs ». Ça veut bien dire ce que ça veut dire, pas de maïs, pas de pays.

Les Européens ont amené avec eux un grand nombre d’aliments parmi lesquels les viandes d’animaux domestiqués (bœuf, porc, poulet, chèvre et mouton), les produits laitiers (le fromage), et diverses herbes et épices.

Bien que les Espagnols aient essayé d’imposer leurs propres habitudes alimentaires dans ce pays, les aliments et les techniques culinaires ont fini par se mélanger, en particulier dans les couvents de l’ère coloniale. Les influences africaines et asiatiques ont aussi été apportées pendant cette période, résultat de l’esclavage africain en « Nouvelle-Espagne »  et le transport de marchandises par les galions de Manille reliant Manille à Acapulco.

Au cours des siècles, tout ceci a conduit à l’apparition de cuisines régionales liées aux conditions locales, telles que la cuisine d’Oaxaca, de Veracruz et de la péninsule du Yucatan.

Au milieu des années 2000, les principaux produits agricoles du Mexique sont la canne à sucre (6e producteur mondial en 2004), le café (5e producteur mondial), le maïs (4e producteur mondial), le cacao (9e producteur mondial), le blé, la pomme de terre, le coton, les fruits (3ème producteur mondial d’orange) et végétaux, et des animaux d’élevage (porcins et bovins).

La cuisine mexicaine est un aspect important de la culture et des traditions populaires du Mexique. Un des exemples les plus marquants de cette connexion est l’utilisation du « mole » pour les occasions spéciales et les jours de fêtes, en particulier dans les régions du sud et du centre du pays.

Qu’est-ce que le « mole » ?

Le Mole, ou « Molé », en mexicain, se réfère à une sauce, utilisée pour accompagner bon nombre de plat. Cette sauce est préparée différemment selon les régions mais elles ont toutes pour base le chocolat.  Souvent à base de piments secs, de noix ou de différentes graines, d’oignons, de cannelle, le tout dans un bouillon de poulet. Il se dit que certaines recettes contiendraient plus de 70 ingrédients.  Ces sauces sont un peu épicées, juste ce qu’il faut, épaisses, et sont servies côté d’un morceau de poulet. Cette sauce n’est pas forte, les piments qu’elle contient sont des piments doux, juste pour la saveur.

El mole

 

Las tortillas

La tortilla est une galette préparée à base de maïs ou de blé et accompagne tous les repas des mexicains. Elle a un diamètre de 10 à 15 centimètres mais on en trouve aussi des plus grandes, pour les burritos, par exemple.

Actuellement, les Mexicains consomment en moyenne environ 90 kilogrammes de tortillas par an, soit près de 250 grammes par jour.

Las tortillas

 

Les sauces

Les sauces sont parties intégrantes de la cuisine mexicaine. Au restaurant, pas besoin de demander les sauces, elles sont déjà sur la table. Les plus usuelles sont la sauce habanero, la sauce tamarindo et la salsa verde. Souvent, aussi, sur la table, vous trouverez en accompagnement, un petit ramequin avec des tomates coupées en dés, des oignons et des piments.

Attention, les sauces peuvent être très épicées, demandez au serveur, laquelle « pique » et laquelle « ne pique pas ». Regardez le tableau suivant et respectez le, votre bouche en dépend.

ne sous estimez le pouvoir des chiles !!!!

Quelques exemples de sauces courantes au Mexique

Sauce chipotle

Sauce habanero

Sauce tamarindo

Le guacamole

C’est une préparation culinaire, plus qu’une sauce, faite à base d’avocat, de piment, de coriandre, d’oignons, de tomates, de jus de citron vert et de sel.

 

Les principaux plats de la cuisine Yucatèque et mexicaine

 

Las Fajitas

Tortillas farcies de viande et de légumes. Souvent les mexicains rajoutent du jus de citron vert et la sauce pimentée.

Fajitas de poulet avec oignons et poivrons,

 

Los Tacos

Tortillas garnies de viande ou de poisson, servis avec des haricots rouges, du fromage et du guacamole. Les tacos se mangent d’une main et sont roulés entre le pouce et l’index.

 

Los Burritos

Les burritos sont des tortillas (grandes) farcies à la viande, roulées sur elles-mêmes et fermées aux extrémités. Contrairement aux fajitas et aux tacos, on ne peut rien rajouter, elles sont déjà prêtes, à part la sauce.

 

 

Las Enchiladas

Très proches des fajitas, les enchiladas sont également roulées sur elles-mêmes. En revanche, elles sont servies nappées de sauce après être passées quelques minutes au four.

 

Las Tostadas

Les tostadas sont des tortillas frites à l’huile garnies de viande ou de poisson, que l’on sert généralement en entrée.

 

El mole poblano

Plat national au Mexique, le mole de Puebla est un ragoût de poulet ou de dinde parfumé aux épices et au chocolat. Le secret de ce plat complexe réside bien évidemment dans la pâte mole, combinaison de chocolat, de fruits secs et de trois différentes variétés de piments. La légende veut même que le mole poblano aurait été inventée par une religieuse qui, pour impressionner son évêque, lui aurait préparé un mole à partir de cent ingrédients.

El mole poblano : poulet, haricots rouges et riz

 

La cochinita pibil

Spécialité de la région du Yucatan, le cochinita pibil est une recette de viande ou de poisson enduit d’une marinade de jus d’oranges amères et de graines de rocouyer. Le tout est ensuite cuit à l’étuvée dans une feuille de bananier fermée hermétiquement.

 

La Barbacoa

La barbacoa est le nom donné à la viande cuite selon une certaine méthode. Cela consiste à faire un trou dans la terre, de recouvrir le trou de pierre puis de feuilles de maguey. La viande est ensuite mise sur ces feuilles et recouverte, encore, par d’autres feuilles de maguey et enfin par une couche de terre.

Au-dessus de ce puit est allumé un feu, avec divers branchages, ce qui permettra à la viande de cuire lentement, pendant 12 heures, ce qui donne un goût et une tendreté à la viande.

 

El ceviche

Le ceviche est la manière de cuisiner le poisson. Celui-ci se déguste quasiment cru, après avoir mariné plusieurs heures dans du jus de citron vert. Le ceviche se déguste souvent sur les bords de mer et en bord de plages.

 

Los tamales

Cuits à la vapeur dans des feuilles de bananiers ou dans des gaines d’épis de maïs, les tamales sont des petits pâtés de viande mélangés avec de la farine de maïs.

Los tamales dans leurs feuilles de maïs

 

Los Chiles en nogada

Le chiles  en nogada est un plat typique de l’État de Puebla. Il se prépare à partir de chiles poblanos, des piments de grande taille , que l’on farcit de porc et d’une sauce aux noix (la nogada, dérivé de nogal, « noyer »). Le tout est garni de graines de grenade. Ce plat représente bien la cuisine mexicaine, non seulement c’est un plat délicieux mais il rappelle les 3 couleurs du drapeau mexicain : le vert du chile, le blanc de la sauce et le rouge des grains de grenade.

 

Los Chilaquiles

« Los chilaquiles » est un plat à base de totopos (morceaux de tortilla de maïs frits) baignés dans une sauce au piment vert ou rouge (salsa verde ou salsa roja).

Il peut être agrémenté de poulet finement coupé, de bœuf, de chorizo, d’œufs ou de fromage.

los totopos : la base de los chilaquiles

 

Chilaquiles avec une suace de tomates vertes et poulet

La Torta

La torta est un type de sandwich très caractéristique du fast-food du pays. La torta peut être fourré avec de la viande, du jambon, du poulet, du fromage, des saucisses ou des fruits de mer et comprennent des condiments tels que la mayonnaise ou la moutarde ou des piments.

 

Las Quesadillas

La quesadilla est une tortilla de blé ou de maïs avec du fromage et une tranche de jambon. La tortilla se plie en deux dans une poêle et est dorée des deux cotés en faisant en sorte que fromage soit bien fondu. Cela peut aisément remplacer un bon croque-monsieur.

 

Las Sopas

Deux des plats qui influenceront vos sensations quant à la cuisine mexicaine sont les soupes et les bouillons. Il y en a de toutes les sortes, pour tous les goûts. Je pense que certaines soupes, potages ou bouillons peuvent, sans aucun doute, rivaliser avec notre cuisine nationale.Ici, les soupes sont complètes, viandes et légumes.

On peut ne dîner qu’avec une soupe, c’est largement suffisant.

Sopa de tortilla

 

El Pozole

L’ancienne Mexica préparait le pozole avec la viande des captifs sacrifiés dans certains festivals, principalement dédiés à Notre-Seigneur l’Ecorché, Xipe Totec. Evidemment, aujourd’hui, cette viande a été changée par de la viande de porc ou de poulet. La base de cette soupe le maïs blanc et la viande, on y ajoute ensuite du citron vert, de l’origan, de l’ail, de l’oignon, de la laitue, du piment et du radis. Il existe 3 différents pozoles, le rouge, le blanc et le vert. La couleur selon les piments utilisés.

Pour l’avoir gouté, je peux vous dire que c’est l’idéal avant d’aller se coucher. C’est un plat complet avec de la viande et des légumes et c’est très, très bon. C’est une soupe que le monde devrait découvrir avant les fajitas ou les burritos.

Pozole blanco

 

Pozole rojo

 

Pozole verde

 

CONCLUSION

Ici, la cuisine est une cuisine traditionnelle, ce n’est pas de la “nouvelle cuisine”. Ce sont des plats simples mais tellement bon. Je vous assure que l’on mange très bien et peu importe l’endroit où vous déciderez de vous asseoir. Vous serez sûr de bien manger, même dans la rue.En général,ce sont des plat rustique mais copieux, pas besoin de commander 36 plats, un pat de résistance et un dessert est suffisant.

Petite astuce : 

si vous décidez de manger dans la rue ou sur un marché, assurez qu’il y ait beaucoup de monde, ce sera la garantie du sérieux du commerçant. Si il n’y a personne, passez votre chemin.

 

¿Por qué amamos a Mexico?

¿Por qué nos gusta México? México nos gusta porque es un país maravilloso y realmente rico en historia, en monumentos, en cultura, en playas paradisiacas, en paisajes, en fauna, en población diversa y rica gastronomía, de hecho rico en emociones y sentimientos...